grippe

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Mis à jour le

L’épidémie de grippe en France métropolitaine survient chaque année au cours de l’automne et de l’hiver et touche entre 2 et 6 millions de personnes. Plus de 90% des décès liés à la grippe (9 000 en moyenne en France) surviennent chez des personnes de plus de 65 ans.

La grippe est une infection respiratoire aiguë due à un virus Influenza qui comprend essentiellement deux types :

  • le type A, potentiellement le plus dangereux car il peut se modifier de façon importante et radicale. Il engendre alors, trois ou quatre fois par siècle, une pandémie qui peut être très meurtrière ;
  • le type B, également responsable d’épidémies.

La grippe est une maladie contagieuse. Elle se transmet par voie aérienne (projection de sécrétions par les postillons, la toux ou les éternuements), par contact rapproché avec une personne malade, ou par contact avec les mains ou des objets contaminés (poignée de porte, couverts…) Après la contamination par le virus de la grippe, la maladie se déclare sous 48h en moyenne. Les personnes infectées restent contagieuses jusqu’à cinq jours après le début des premiers signes (jusqu’à sept jours chez l’enfant).

mamie

Habituellement, elle apparaît brutalement sous la forme d’une forte fièvre, de courbatures, de maux de tête, de fatigue intense, d’un malaise général et de symptômes respiratoires : toux sèche, nez qui coule. La maladie dure environ une semaine, mais une fatigue est fréquemment ressentie pendant les trois ou quatre semaines suivantes. Une toux sèche peut persister durant deux semaines.

La grippe est souvent considérée comme une maladie peu dangereuse, ce qui est le plus souvent le cas lorsqu’elle survient chez des sujets jeunes en parfaite santé. Or, la grippe peut être grave, voire mortelle en particulier chez les personnes fragiles, comme les personnes âgées ou atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses ou les nourrissons. Des complications peuvent alors apparaître, telles que :

Le traitement de la grippe associe le repos, la réhydratation, et la prise de médicaments contre la fièvre et les douleurs (antipyrétiques).

Le recours à un médicament antiviral spécifique contre la grippe peut être proposé par le médecin traitant dans certaines situations. Dans ce cas, le traitement est efficace s’il débute dans les deux jours après l’apparition des symptômes.

Lors de l’épidémie de la saison 2015-2016, près de 80% des cas graves admis en réanimation avaient un facteur de risque. La vaccination reste donc la solution de prévention individuelle à privilégier pour les personnes à risque.

Le vaccin contre grippe

La vaccination contre les virus grippaux saisonniers concerne les personnes fragilisées vis-à-vis de l’infection et à risque de complications, notamment les personnes âgées, celles atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes obèses. Elle permet à la fois :

  • de réduire le risque d’être contaminé par la grippe ;
  • de réduire le risque de faire des formes graves de la grippe.

La vaccination des femmes enceintes protège également le nourrisson dans ses premiers mois de vie.

Les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre et la durée de protection du vaccin peut s’estomper après quelques mois. C’est pourquoi il faut se faire vacciner chaque année.

Recommandations générales

Une vaccination tous les ans contre la grippe est recommandée pour toutes les personnes de 65 ans et plus.

Recommandations particulières

La vaccination contre la grippe est recommandée :

En milieu professionnel

La vaccination contre la grippe est recommandée chez les professionnels de santé et chez tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère. Elle permet en effet d’éviter que le personnel soignant (médecins, infirmiers, puéricultrices, aide-soignants…) ne transmette la grippe aux patients les plus fragiles. 

Elle est également recommandée au personnel navigant des bateaux de croisière et des avions, ainsi qu’au personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Recommandations pour les voyageurs

La vaccination contre la grippe est recommandée chez toutes les personnes concernées par les recommandations générales, en particulier lorsqu’elles participent à un voyage, notamment en groupe ou en bateau de croisière.

Schéma de vaccination

Nourrissons et enfants (de 6 mois à 3 ans) : 1 ou 2 demi-doses (2 s’il s’agit d’une primovaccination) à 1 mois d’intervalle et 1 dose annuelle ensuite.

Enfants à partir de 3 ans :

  • De 3 à 8 ans : 1 ou 2 doses (2 s’il s’agit d’une primovaccination) à 1 mois d’intervalle et 1 dose annuelle ensuite.
  • À partir de 9 ans : 1 dose annuelle.

Adultes : 1 dose annuelle.

La protection contre la grippe est atteinte dans les deux semaines après la vaccination : le vaccin doit être pratiqué tous les ans, à l’automne (pour la France métropolitaine), pour se protéger contre l’épidémie hivernale qui suit.

La composition du vaccin est actualisée tous les ans en fonction des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et tient compte des virus qui sont le plus susceptibles de circuler pendant l’hiver. La grippe est imprévisible et l’efficacité du vaccin est variable d’une année à l’autre. Le vaccin est d’autant plus efficace lorsque les types de virus de grippe choisis pour le formuler sont proches des souches qui circulent effectivement durant l’épidémie saisonnière.

De nombreuses personnes vaccinées pensent avoir eu la grippe malgré la vaccination. Cela peut être dû à deux causes :

  • il s’agit effectivement d’une grippe et la personne n’a pas répondu au vaccin car son efficacité est incomplète ;
  • il ne s’agit pas d’une vraie grippe mais d’une autre virose (infection par un virus) dont les symptômes ressemblent à ceux de la grippe.

En aucun cas le vaccin ne peut provoquer la grippe, car il ne contient qu’une fraction inactivée du virus.

La vaccination contre la grippe est le moyen le plus efficace de protéger les populations les plus vulnérables. Si elle ne permet pas toujours d’éviter la maladie, elle réduit le risque de complications graves ou de décès. Environ 2 000 décès seraient ainsi évités chez les personnes âgées chaque année grâce à la vaccination lors des épidémies de grippe.

Les vaccins antigrippaux disponibles en France sont des vaccins inactivés composés de 3 ou 4 souches. Tous les ans, les vaccins sont adaptés aux données de la surveillance des virus de grippe en circulation dans le monde émises par l’OMS.

Vaccins disponibles pour la saison grippale 2016-2017 :

Nom commercial*

Influvac®
Immugrip®
Vaxigrip®

Maladies
concernées

grippe

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Nourrissons à partir de 6 mois, enfants, adultes.
Remboursement** Pris en charge à 100% par l’assurance maladie pour les personnes à risque**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Influvac®
Immugrip®
Vaxigrip®

grippe

Monovalent Nourrissons à partir de 6 mois, enfants, adultes. Pris en charge à 100% par l’assurance maladie pour les personnes à risque**

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’informations.
**L’Assurance maladie prend en charge le vaccin contre la grippe saisonnière à 100 % pour :

  • les personnes âgées de 65 ans et plus,
  • les femmes enceintes,
  • les personnes (enfants et adultes) atteintes de certaines affections chroniques,
  • les personnes obèses (Indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 40),
  • l’entourage familial de nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave,
  • certains professionnels de santé libéraux  (médecins, pédiatres, gynéco-obstétriciens, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens, kinésithérapeutes, dentistes).

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces, comme les œufs ou les protéines de poulet.

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

À savoir
La suspicion d’un lien entre les vaccins contre la grippe et la survenue de syndrome de Guillain-Barré date de 1976, aux Etats-Unis, lors d’une campagne de vaccination de 45 millions de personnes contre la grippe porcine. Une revue de la littérature montre que ce risque rare est d’environ 1 cas supplémentaire par million de personnes vaccinées par rapport à la fréquence attendue du syndrome de Guillain-Barré dans la population adulte, qui est de l’ordre de 2,8 cas par an pour 100 000 habitants, en l’absence de toute vaccination antigrippale.

En revanche, la grippe elle-même est considérée comme un des facteurs de risque possible du syndrome de Guillain-Barré avec une incidence de l’ordre de 4 à 7 pour 100 000 sujets grippés.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin, votre sage-femme, ou votre pharmacien.

Depuis mars 2017, le signalement des effets indésirables a été simplifié. Toute personne peut désormais déclarer un effet indésirable, en ligne, sur le site du ministère de la santé.

Le vaccin contre la grippe saisonnière peut être prescrit par un médecin ou une sage-femme.

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

L’assurance maladie adresse chaque année à l’automne une invitation personnalisée et un imprimé de prise en charge aux personnes concernées par les recommandations vaccinales, à l’exception des femmes enceintes et des personnes obèses, en raison de la difficulté de les identifier dans sa base de données.

  • Si la personne a déjà été vaccinée dans le cadre d’une campagne de l’assurance maladie, elle se rendra chez son pharmacien qui lui remettra gratuitement le vaccin sur présentation de l’imprimé de prise en charge adressé par sa caisse. Le vaccin pourra ensuite être réalisé par un médecin, un infirmier ou une sage-femme en libéral.
  • Si la personne reçoit l’imprimé de prise en charge de sa caisse d’assurance maladie pour la première fois, elle présentera ce document à son médecin lors d'une consultation. S’il le juge nécessaire, il prescrira le vaccin qui sera remis gratuitement par le pharmacien. Le vaccin pourra ensuite être réalisé par un médecin, un infirmier ou une sage-femme en libéral.
  • Si une personne concernée (femmes enceintes et personnes obèses, entourage des nourrissons fragiles notamment) n’a pas reçu l’imprimé de prise en charge, son médecin ou sa sage-femme dispose d’un imprimé de prise en charge sur son Espace PRO de l’assurance maladie, et pourra prescrire le vaccin qui sera remis gratuitement par le pharmacien.

La vaccination peut être réalisée par un médecin, un infirmier ou une sage-femme en libéral, à l’hôpital, dans un centre de vaccination ou en PMI (pour les enfants jusqu’à 6 ans et les femmes enceintes). Elle est prise en charge par l’assurance maladie dans les conditions habituelles et sans avance de frais dans les centres de vaccination et en PMI.

À noter que les infirmiers peuvent réaliser cette vaccination chez les adultes déjà vaccinés contre la grippe précédemment, sans prescription médicale, à l’exception des femmes enceintes et pour une première vaccination.

Ce vaccin est administré principalement par voie sous-cutanée, plus rarement par voie intramusculaire.