méningites à Haemophilus influenzae de type b

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

Avant la mise à disposition du vaccin, la bactérie Haemophilus influenzae b était responsable de 500 à 600 méningites par an chez le jeune enfant.

La bactérie Haemophilus influenzae de type b, appelée couramment « Hib », est très répandue. Elle se retrouve facilement dans les voies aériennes supérieures (nez, gorge). Elle peut être transmise par les gouttelettes de salive des personnes infectées.

Cette bactérie peut entraîner des infections locales, comme une otite ou une épiglottite, infection de l’arrière gorge (larynx) pouvant entraîner une asphyxie. Elle peut également se disséminer dans l’organisme par le sang (septicémie) et provoquer des méningites (infections des enveloppes du cerveau).

Environ 95% de ces infections invasives surviennent avant l’âge de 5 ans.

Les méningites à Haemophilus influenzae b peuvent être mortelles ou laisser des séquelles graves (surdité, cécité) dans environ 15% des cas malgré un traitement antibiotique réalisé en milieu hospitalier.

Le vaccin contre méningites à Haemophilus influenzae de type b

La vaccination contre Haemophilus influenzae b concerne tous les nourrissons (bébés). Elle a pour principal but de les protéger des formes graves de l’infection, en particulier les méningites. En effet, 95% de ces infections invasives surviennent avant l’âge de 5 ans.

Recommandations générales

Cette vaccination est recommandée pour tous les enfants, en combinaison avec les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et l’hépatite B.

Recommandations particulières

Vaccination autour d’une personne infectée :  

En cas de contact avec une personne atteinte d’une infection grave à Haemophilus influenzae (dans la famille ou à la crèche), le statut vaccinal contre Haemophilus influenzae b de tous les enfants de moins de 5 ans doit être vérifié et mis à jour. De plus, une consultation en urgence chez un médecin est recommandée pour tous les enfants de moins de 5 ans non ou mal vaccinés, afin que leur soit proposé un traitement antibiotique préventif.

Chez les personnes présentant certaines maladies du sang, la vaccination est recommandée au-delà de l’âge de 5 ans.

Schéma de vaccination

Nourrissons :

  • 1 dose à 2 mois et à 4 mois.
  • 1 dose à 11 mois.

En général sous forme « combinée », c’est à dire associée aux vaccins diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche et hépatite B.

Rattrapage pour les enfants non vaccinés :

  • Entre 6 et 12 mois : 2 doses à un mois d'intervalle, suivies d'une dose de rappel à l'âge de 18 mois.
  • De 13 mois à 5 ans : 1 dose.

Le vaccin est très efficace (protection proche de 100%).

La vaccination a eu un impact spectaculaire sur cette maladie grave. Depuis 1999, aucun cas n’a été identifié chez un enfant ayant reçu les 4 doses de vaccins recommandées avant l’âge de 2 ans.

En 2000, avant l’introduction à grande échelle de ce vaccin dans les pays en développement, Haemophilus influenzae b était responsable de 8 millions de cas de maladie grave chez les enfants de 1 à 5 ans et de 370 000 décès. Tous les pays qui ont introduit la vaccination contre Haemophilus influenzae b dans leur politique de santé ont vu baisser ces infections d’au moins 90%.

La Finlande, qui vaccine les nourrissons depuis 1987, n’observe plus de cas de méningite à Haemophilus influenzae b depuis 1991.

En France, entre la période 1991-1992 précédant l’introduction de la vaccination et la période 1996-2008, le nombre de cas de méningites à Haemophilus influenzae b a diminué de 96% et cette maladie a pratiquement disparu chez l’enfant. Les exceptionnels cas qui persistent surviennent chez des enfants non ou encore incomplètement vaccinés ou sont liés à d’autres sérotypes que le sérotype b.

Les vaccins contre Haemophilus influenzae b actuellement disponibles sont des vaccins inactivés. Seul l’un des produits ne contient que le vaccin contre la bactérie (monovalent), les autres sont combinés avec les vaccins :

  • contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et l’hépatite B : on le dit hexavalent ;
  • contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche : on le dit pentavalent.
Nom commercial*

Hexyon®
Infanrix Hexa®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b, hépatite B

Type de vaccin Hexavalent
Pour qui ? Nourissons
Remboursement** Pris en charge à 65 % par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Infanrix Quinta®
Pentavac®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b

Type de vaccin Pentavalent
Pour qui ? Nourissons
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Act-Hib®

Maladies
concernées

méningites à Haemophilus influenzae de type b

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Nourrissons et enfants
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement**

Hexyon®
Infanrix Hexa®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b, hépatite B

Hexavalent Nourissons Pris en charge à 65 % par l’assurance maladie**

Infanrix Quinta®
Pentavac®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b

Pentavalent Nourissons Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Act-Hib®

méningites à Haemophilus influenzae de type b

Monovalent Nourrissons et enfants Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

(*) Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’information.

(**) Le montant restant est généralement remboursé par les organismes complémentaires (mutuelles).

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Ce vaccin ne doit pas être administré en cas :

  • d’allergie à la substance active, l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces,
  • de réaction allergique apparue après une injection antérieure d’un vaccin Haemophilus influenzae de type b combiné (situation également très rare).

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute de tension soudaine et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Le vaccin contre les infections à Haemophilus influenzae b peut être prescrit par :

  • un médecin ;
  • une sage-femme pour les femmes, l’entourage des femmes enceintes et l’entourage du nouveau-né jusqu'à ses 8 semaines.

Le vaccin est pris en charge à 65% par l’assurance maladie, le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2°C et + 8°C. Il ne doit pas être congelé.

La vaccination peut être réalisée par un médecin, un infirmier (sur prescription médicale et dans certaines conditions) ou une sage-femme, en libéral, à l’hôpital ou en PMI (pour les enfants jusqu’à 6 ans). Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccination public. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais pour la consultation dans les centres de vaccination publics et en PMI.

Le vaccin est administré de préférence par voie intramusculaire ou sous-cutanée.

À savoir

Des difficultés d'approvisionnement sont actuellement rencontrées avec certains vaccins contenant la valence Haemophilus influenzae b et la valence coqueluche. Pour plus d'information, consultez la rubrique dédiée sur le site Internet de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)