rage

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

La rage est présente dans plus de 100 pays et elle est responsable de 55 000 décès par an dans le monde, en particulier en zone rurale.

La rage est une maladie des animaux ou zoonose, due à un virus (Lyssavirus).

chien agressif

Les mammifères infectés, et plus particulièrement les carnivores (chiens, renards, ratons-laveurs, chauve-souris, coyote…), peuvent transmettre la maladie à l’homme. La contamination par le virus s’effectue le plus souvent par morsure ou griffure. La manipulation d’animaux morts est dangereuse.

La quasi-totalité des cas de rage survient en Asie du Sud-Est, en Inde et dans les pays voisins (90% des cas), en Afrique, Amérique centrale et du Sud, et au Moyen-Orient et provient de chiens infectés.

En 2008, une personne a été contaminée par une chauve-souris en Guyane. Depuis, des chauves-souris infectées ont été retrouvées sur le territoire métropolitain et dans les départements, régions et collectivités d’outre-mer.

Après une période d’incubation de plusieurs semaines, la maladie se manifeste par des symptômes tels que de la fièvre, une inflammation progressive du cerveau, responsable de périodes d’agitation ou de paralysie. Lorsque les signes liés à l’atteinte du cerveau apparaissent, la rage est toujours mortelle.

La rage est une maladie à déclaration obligatoire en France.

Le vaccin contre rage

Deux situations sont possibles : après une morsure et en prévention pour les voyageurs.

  • Après une morsure : la vaccination concerne les personnes qui ont été mordues ou griffées par un animal suspecté de rage. À condition d’être réalisée tôt après la morsure, elle empêche l’évolution de la maladie.
  • En prévention : elle concerne les personnes possiblement exposées au contact avec des animaux infectés (voyageurs, professionnels, etc..) Dans ce cas, elle protège du risque d’attraper cette maladie et simplifie la prise en charge en cas de morsure.

Chez les femmes enceintes, la vaccination est possible si le risque le nécessite (morsure par un animal suspect par exemple).

En milieu professionnel

La vaccination contre la rage est recommandée chez les personnels des services vétérinaires et des laboratoires manipulant du matériel contaminé ou susceptible de l’être, les équarrisseurs, les personnels des fourrières, les naturalistes, les taxidermistes, les gardes-chasse, les gardes forestiers et les personnels des abattoirs.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Recommandations particulières

La vaccination contre la rage est recommandée pour les chiroptérologues (spécialistes de l’étude des chauves-souris) et les personnes régulièrement exposées aux virus de la rage des chauves-souris en France métropolitaine.

Recommandations pour les voyageurs

La vaccination contre la rage est recommandée pour les voyageurs devant effectuer un séjour prolongé ou aventureux, et en situation d’isolement dans des zones à haut risque (Asie, Afrique y compris l’Afrique du Nord et l’Amérique du Sud). Elle est recommandée en particulier chez les jeunes enfants dès qu’ils marchent.

Carte des zones du monde touchées par la rage (en anglais)

Schéma de vaccination

En prévention

3 doses aux jours 0, 7 et 21 (ou 28).

Pour les voyageurs ayant réalisé ces 3 doses, il n’y a pas lieu de prévoir de rappel systématique.

Les rappels à an an puis tous les cinq ans sont recommandés pour :

  • les chiroptérologues capturant ou manipulant des chauves-souris : le rappel à un un an reste systématique, les rappels suivants seront fonction de résultats de tests d’immunité ;
  • les professionnels exposés (vétérinaires, personnels de laboratoire manipulant du matériel contaminé…) : les rappels seront fonction du niveau de risque d’exposition et de résultats de tests d’immunité.

Attention : La vaccination préventive ne dispense pas d’une vaccination complémentaire qui doit être mise en œuvre impérativement le plus tôt possible en cas d’exposition, même supposée, au virus de la rage.

Après une morsure ou griffure par un animal suspect, l’évaluation de la nécessité du traitement et sa mise en œuvre ne sont assurées que dans les centres de vaccination antirabique.

  • Personnes non vaccinées ou n'ayant pas leurs rappels à jour : 5 doses de vaccin aux jours 0, 3, 7, 14, 28 ou 2 doses au jour 0, et 1 dose aux jours 7 et 21.
  • Personnes vaccinées et à jour de leurs rappels : 2 doses aux jours 0 et 3.

Près de 88 à 100% des personnes vaccinées avec rappel à un an sont immunisées contre la rage. Le taux d’anticorps protecteurs contre la rage est maintenu plus de dix ans après l’administration de 3 doses.

Depuis la découverte du vaccin contre la rage chez l’homme par Pasteur à la fin du XIXe siècle, alors que de nombreuses épidémies touchaient l’Europe, la rage humaine a totalement disparu en France. En ce qui concerne les animaux, depuis 2001, 14 cas de chiens enragés ont été diagnostiqués en France, et pour 12 d’entre eux, il s’agissait d’animaux non vaccinés importés illégalement.

La vaccination antirabique des chiens et des chats reste recommandée en France mais elle n’est obligatoire que pour les chiens de 1re et 2e catégories et/ou pour voyager avec un chien, un chat ou un furet hors de France.

Les vaccins contre la rage destinés à l’homme et disponibles en France sont des vaccins inactivés.

Nom commercial*

Vaccin rabique Pasteur®
Rabipur®

Maladies
concernées

rage

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Nourrissons, enfants et adultes
Remboursement** Non pris en charge par l’assurance maladie
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement**

Vaccin rabique Pasteur®
Rabipur®

rage

Monovalent Nourrissons, enfants et adultes Non pris en charge par l’assurance maladie

(*) Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’information.

(**) Le montant restant est généralement remboursé par les organismes complémentaires (mutuelles).

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

En prévention, les vaccins ne doivent pas être utilisés en cas d’allergie à la substance active, à l’un des autres composants du vaccin ou aux résidus à l’état de traces.

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Chez les personnes mordues par un animal suspect de rage et compte tenu de la gravité de la maladie, la vaccination est systématiquement réalisée.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Le vaccin contre la rage doit être prescrit par un médecin.

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

La vaccination préventive peut être réalisée par un médecin ou un infirmier (sur prescription médicale), en libéral, ou à l’hôpital. Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccinations, notamment un centre de vaccinations internationales. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

Lorsque la vaccination préventive est réalisée dans le cadre de la médecine du travail, elle est généralement prise en charge par l’employeur.

La vaccination chez les personnes mordues ou griffées par un animal suspect n’est réalisée que dans des centres de traitement antirabique agréés par le ministère de la Santé.

Le vaccin est administré par voie intramusculaire.