zona

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

On estime qu’environ 1 personne sur 2 dans le monde, âgée de 85 ans a eu au moins un épisode de zona.

Le zona est dû au virus varicelle-zona (VZV pour varicella-zoster virus). Après une infection par la varicelle dans l’enfance, le virus peut rester « en sommeil » dans certains ganglions nerveux. Sous l’effet de l’âge, de la fatigue, d’une maladie ou sans raison apparente, il peut se réactiver sous la forme d’un zona. Les personnes de plus de 50 ans sont les plus touchées. Plus l’âge avance, plus le zona est fréquent et sévère, car le système immunitaire devient moins efficace pour garder ce virus « sous contrôle ».

Bande rose avec petits points en demi ceinture

Lors d’un zona, le virus diffuse le long des fibres nerveuses. Il provoque une éruption douloureuse : d’abord de petites plaques roses, puis apparaissent des vésicules (comme lors d’une varicelle) sur la peau, parfois accompagnée d’une petite fièvre. La partie du corps touchée est en général un côté du thorax ou de la taille (en « demi-ceinture »). Plus rarement, le zona peut atteindre le visage (zona dit "ophtalmique"). L’épisode aigu dure une dizaine de jours.

La particularité de cette maladie est l’apparition de douleurs qui peuvent persister longtemps après la guérison de l’éruption : ce sont les "névralgies post-zostériennes", qui concernent un quart des personnes de plus de 75 ans atteintes de zona. Ces douleurs peuvent être difficilement supportables et gêner la vie quotidienne pendant une période plus ou moins longue (de quelques jours à plusieurs mois).

Le traitement du zona repose sur l’administration d’un médicament antiviral au plus tard dans les trois jours qui suivent le début de l'éruption mais dont l’efficacité est limitée. Des antidouleurs sont souvent nécessaires.

Le vaccin contre zona

Le vaccin contre le zona peut être proposé chez les personnes de plus de 50 ans, qu’elles aient déjà eu la varicelle ou non, pour diminuer le risque de zona et surtout le risque de douleurs de névralgies post-zostériennes.

Recommandations générales

La vaccination est recommandée chez les adultes âgés de 65 à 74 ans.

Schéma de vaccination

  • 1 dose unique. Il n’y a pas de nécessité de rappel.

Il a été montré que la vaccination contre le zona diminue le risque de survenue de zona de 64% chez les personnes âgées de 60 à 69 ans et de 38% chez les plus de 70 ans. Ce vaccin diminue également le risque de douleurs après zona de 66%. 

Ce vaccin est un vaccin vivant atténué.

Nom commercial*

Zostavax®

Maladies
concernées

zona

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Adultes à partir de 50 ans
Remboursement** Pris en charge à 30% pour les personnes âgées de 65 à 74 ans révolus et chez les personnes âgées de 75 à 79 ans révolus jusqu'au 28 février 2017** Non remboursé par l’assurance maladie en dehors de ces tranches d’âge
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement**

Zostavax®

zona

Monovalent Adultes à partir de 50 ans Pris en charge à 30% pour les personnes âgées de 65 à 74 ans révolus et chez les personnes âgées de 75 à 79 ans révolus jusqu'au 28 février 2017** Non remboursé par l’assurance maladie en dehors de ces tranches d’âge

(*) Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’information.

(**) Le montant restant est généralement remboursé par les organismes complémentaires (mutuelles).

Elles sont identiques à celui du vaccin contre la varicelle.

Il convient de se référer à la notice de ce vaccin, disponible sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas :

  • d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces ;
  • de maladie ou de prise d’un médicament qui affaiblissent le système immunitaire ;
  • de grossesse (de plus, la grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination).

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ce vaccin, disponible sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Le vaccin contre le zona est prescrit par un médecin. Il est remboursé par l’assurance maladie dans certaines conditions.

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

La vaccination peut être réalisée par un médecin ou un infirmier (sur prescription médicale), en libéral ou à l’hôpital. Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccination public. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais pour la consultation dans les centres de vaccination publics.

Le vaccin est administré par voie intramusculaire ou sous-cutanée. Il peut être administré au cours d’une même consultation médicale ou infirmière que le vaccin contre la grippe.