Rédigé le 25.04.16
Facebook Twitter Linkedin email

L’hépatite B est une maladie du foie due
à un virus : le Virus de l’Hépatite B (ou VHB).

Ce virus est très contagieux (100 fois plus contagieux que le virus du sida). Il peut se transmettre par les relations sexuelles et par le sang. Ainsi, le partage d’aiguilles ou de seringues souillées pour les personnes qui consomment de la drogue représente un mode de contamination fréquent. De même, des contaminations lors de tatouages et piercings sont possibles si le matériel n’a pas été correctement stérilisé. Enfin, le virus peut être transmis de la mère à l’enfant au cours de l’accouchement ou de l’allaitement.

Microbe

L’hépatite B peut se manifester par une jaunisse (c’est-à-dire une coloration jaune de la peau et des yeux) ainsi que par une grande fatigue. Dans 70 % des cas, les personnes infectées ne ressentent pas de symptômes particuliers. La maladie peut guérir toute seule ou devenir chronique. Chez 30 % des patients avec une maladie chronique, elle peut entraîner une cirrhose ou un cancer du foie.

Trois injections suffisent pour être protégé toute la vie.

La vaccination contre l’hépatite B est obligatoire pour certains métiers.

Le vaccin contre l’hépatite B est-il vraiment utile ?

Se faire vacciner contre l’hépatite B est vraiment utile car le virus est présent en France et dans de nombreux pays.

Faire vacciner ses enfants quand ils sont petits, c’est les protéger pour plus tard, lorsqu’ils rencontreront le virus. Le vaccin est le moyen le plus efficace pour se protéger de cette maladie grave.

À Taïwan, où le virus est très fréquent comme dans beaucoup de pays d’Asie, une grande étude a montré que le nombre de cirrhoses et de cancer du foie a diminué de façon spectaculaire grâce à la vaccination. En Italie du sud, 5 ans après le début de la vaccination des enfants, le nombre d’enfants porteurs d’hépatite chronique a été divisé par 10.

En France, 1 500 personnes meurent encore chaque année d’une maladie du foie liée à l’hépatite B et 270 000 sont porteuses chroniques du virus.

 

La vaccination contre le virus de l’hépatite B comporte-t-elle des risques ?

Le vaccin est un médicament. Comme tout médicament, il peut avoir des effets imprévisibles comme une réaction allergique. Des effets secondaires et indésirables sont également possibles (petite fièvre, douleur au point d’injection). Ces effets sont très faibles comparés à la maladie contre laquelle protège le vaccin.

Le saviez-vous ?

En 1998, lors d’une campagne de vaccination des adolescents, les médias ont parlé de l’apparition de cas de sclérose en plaques (ou SEP) soupçonnés d’être liés à la vaccination contre l’hépatite B. Afin de pouvoir vérifier ces informations et selon le principe de précaution, il a été décidé de stopper la campagne de vaccination.

Depuis, toutes les recherches et études menées en France et dans le monde ont montré qu’il n’y avait aucun lien entre la vaccination contre l’hépatite B et le développement de la sclérose en plaques.

Depuis 1982, plus de 1 milliard de doses de vaccin contre l’hépatite B ont été administrées dans le monde.
HAUT DE PAGE