Rédigé le 25.04.16
Facebook Twitter Linkedin email

Les papillomavirus humains (ou HPV) sont des virus très courants qui peuvent infecter les muqueuses de la peau.

Il existe plus de 150 types de papillomavirus ; environ 40 d’entre eux peuvent infecter les organes génitaux des hommes et des femmes. Ces virus sont responsables du développement du cancer du col de l’utérus qui est le 2ème cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde. Les infections par ces virus sont très fréquentes et se transmettent généralement lors des premiers contacts sexuels.

Dans 90% des cas, le virus s’élimine naturellement et l’infection n’a aucune conséquence sur la santé. Dans 10% des cas restants, l’infection persiste et peut entraîner des lésions au niveau de la muqueuse du col de l’utérus. On parle alors de lésions précancéreuses qui peuvent évoluer vers un cancer 10 à 15 ans après l’infection par le virus. Ces lésions sont détectées par les frottis qui doivent être régulièrement effectués par le médecin traitant, un gynécologue ou une sage-femme.

La vaccination ne protège pas contre tous les papillomavirus responsables du cancer du col de l’utérus. Les deux vaccins actuellement disponibles protègent des HPV responsables de 70% des cancers du col de l’utérus.

Se faire vacciner ne dispense pas du dépistage du cancer du col de l’utérus par frottis. Cet examen doit être réalisé tous les 3 ans chez toutes les femmes de 25 à 65 ans.

En France, 1 000 femmes décèdent chaque année d’un cancer du col de l’utérus.

Qui faut-il vacciner contre les HPV ?

Cette vaccination est recommandée en France pour les jeunes filles entre 11 et 14 ans et les jeunes femmes jusqu’à 19 ans. Deux ou trois injections suffisent en fonction de l’âge de la jeune fille.

Les vaccins contre les infections à papillomavirus peuvent-ils provoquer des scléroses en plaques ?

170 millions de doses de vaccins contre les HPV ont été distribuées dans le monde. Le système de surveillance montre qu’il n’y a pas plus de développement de sclérose en plaques (ou SEP) chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées.

La vaccination contre les HPV est-elle vraiment utile ?

La vaccination contre les HPV est utile car elle empêche, pour une majorité de ces virus (voir précisions précédentes), le développement des lésions précancéreuses du col de l’utérus.

Chaque année en France, plus de 3 000 femmes sont atteintes d’un cancer du col de l’utérus.

Dans les pays où un nombre important de jeunes sont vaccinés comme l’Australie ou l’Angleterre, le nombre de nouveaux cas de lésions précancéreuses du col chez la jeune fille a largement diminué.

La vaccination dès l’âge de 11 ans et les frottis de dépistage réguliers à l’âge adulte sont 2 actions complémentaires qui permettent de réduire considérablement les décès dus au cancer du col de l’utérus chez la femme.

L’Australie a mis en place un programme de vaccination généralisée contre les infections à HPV, en 2007. Depuis, il y a une diminution importante du nombre de lésions précancéreuses chez les femmes vaccinées dans ce pays. 
HAUT DE PAGE