rougeole

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Mis à jour le

Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint plus de 24 000 personnes, causant plus de 30 complications neurologiques graves et 10 décès en France.

La rougeole est une maladie due à un virus qui se transmet très facilement par la toux ou les éternuements. Une personne contaminée par la rougeole peut infecter entre 15 et 20 personnes !

visage d'enfant rouge avec des pleurs

La rougeole se manifeste par une fièvre montant rapidement avec une toux de plus en plus marquée, un écoulement nasal, les yeux rouges qui pleurent, un malaise général. Après trois-quatre jours de fièvre élevée, l’éruption cutanée commence, d’abord au niveau de la tête pour s’étendre sur le corps. La maladie aiguë dure une bonne semaine et occasionne une grande fatigue. Il n’existe pas de traitement spécifique du virus de la rougeole et la plupart des personnes atteintes guérissent en deux à trois semaines.

Des complications dues au virus même ou à des surinfections peuvent survenir : laryngite, otite, pneumonie et, plus grave, encéphalite pouvant entraîner la mort ou de possibles séquelles. Les hospitalisations pour complications sont plus fréquentes chez les nourrissons de moins d’1 an, les adolescents et les jeunes adultes.

En 1980, avant que la vaccination ne se généralise, on estimait à 2,6 millions par an le nombre de décès dus à la rougeole dans le monde. La rougeole est une maladie que l’on peut espérer faire disparaître complètement grâce à la vaccination.

Le vaccin contre rougeole

Tous les enfants et adultes jeunes doivent être vaccinés contre la rougeole. C’est une vaccination très efficace qui protège de la maladie dans près de 100% des cas après 2 doses de vaccin.

La généralisation de la vaccination contre la rougeole a pour objectif l’élimination de la maladie. Celle-ci est possible si 95% des enfants se font vacciner avec 2 doses. Le taux de couverture vaccinale reste insuffisant en France chez les 15-35 ans et chez les nourrissons, ce qui explique que le virus continue à circuler dans le pays.

En réponse à cette situation, une vaccination de rattrapage a été mise en place chez toute personne née depuis 1980.

Recommandations générales

Tout enfant devrait être vacciné par 2 doses de vaccin contre la rougeole entre 12 et 18 mois. Afin d’étendre la protection, toute personne née à partir de 1980 doit aussi avoir reçu 2 doses de vaccin.

Devant une couverture vaccinale insuffisante pour certaines vaccinations, la réapparition d’épidémies et à la suite des recommandations émises à l’issue de la concertation citoyenne organisée en 2016, le ministère de la Santé a recommandé, en juillet 2017, d’élargir l’obligation vaccinale à huit vaccins supplémentaires chez les bébés de moins de dix-huit mois (CoquelucheHaemophilus influenzae bHépatite BMéningocoque CPneumocoqueRougeoleOreillonsRubéole).
Ces 8 vaccins, dont bénéficie déjà la grande majorité des enfants, deviendraient donc obligatoires en 2018 chez l’enfant de moins de dix-huit mois, en plus des trois vaccins déjà obligatoires (DiphtérieTétanosPoliomyélite).

En milieu professionnel

  • Les personnes nées avant 1980 non vaccinées et sans antécédent connu de rougeole, qui exercent des professions de santé en formation, à l’embauche ou en poste, doivent recevoir 1 dose de vaccin.
  • Les personnes non vaccinées et qui n’ont pas eu la rougeole travaillant dans les services accueillant des patients à risque de rougeole grave (immunodéprimés) doivent absolument être vaccinées.
  • Les professionnels travaillant au contact des enfants doivent aussi recevoir une dose de vaccin si elles n’ont reçu qu’1 dose.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Recommandations pour les voyageurs

La vaccination peut être pratiquée dès 6 mois chez les nourrissons qui doivent voyager dans un pays où la circulation du virus de la rougeole est importante. Ils devront recevoir à l’âge de 12 mois et de 18 mois, les 2 injections de vaccin en rappel, conformément au calendrier vaccinal.

Pour les personnes nées avant 1980 qui n’ont pas eu la rougeole ou n’ont pas été vaccinées et doivent se rendre dans un pays où la circulation du virus de la rougeole est importante, l’administration d’une injection de vaccin est également possible : n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Schéma de vaccination

Nourrissons :

  • 1 dose à 12 mois
  • 1 dose entre 16 et 18 mois

Personnes nées à partir de 1980 et âgées d’au moins 12 mois :

  • 2 doses avec un délai minimum d'un mois entre les 2 doses.

L'immunité apparaît dix à quinze jours après la 1re injection. Le vaccin est efficace à près de 100% après 2 doses de vaccin.

Grâce à la vaccination, les décès par rougeole dans le monde ont chuté de près de 80% entre 2000 et 2014.

La région des Amériques et certains pays d’Europe ont éliminé la rougeole. En France, avant la mise en œuvre de la vaccination systématique de tous les nourrissons contre la rougeole, plus de 500 000 cas survenaient chaque année. La vaccination a permis de diminuer fortement le nombre de cas de rougeole dans notre pays.

Cependant, la France a fait face de 2008 à 2012 à une nouvelle épidémie. Cette épidémie est la conséquence d’une couverture vaccinale insuffisante tant chez les nourrissons (90% au lieu des 95% nécessaires) que chez les enfants plus grands et les jeunes adultes. Entre 2008 et 2012, plus de 24 000 cas ont été recensés. Le nombre réel de cas survenus se situe vraisemblablement autour de 50 000. Durant cette épidémie, plus de 1 500 hospitalisations pour pneumonie liée à la rougeole, 34 complications neurologiques graves dont 31 encéphalites et 10 décès ont été recensés. À noter que 7 de ces 10 décès sont survenus chez des sujets immunodéprimés, qui ne pouvaient être vaccinés et que seule l’élimination de la rougeole grâce à une couverture vaccinale très élevée aurait pu protéger. Ceci illustre la dimension altruiste de la vaccination.

Aujourd’hui, le risque de nouvelles épidémies persiste, comme cela a été le cas en Alsace en 2015.

Les vaccins contre la rougeole actuellement disponibles sont des vaccins à virus vivant atténué. L’un d’entre eux ne contient que le vaccin contre la rougeole, les deux autres sont combinés avec le vaccin contre la rubéole et le vaccin contre les oreillons (ROR).

Nom commercial*

Priorix®
M-M-RVaxpro®

Maladies
concernées

rougeole, oreillons, rubéole

Type de vaccin Trivalent
Pour qui ? Nourrissons, enfants, adultes
Remboursement** Pris en charge à 100% par l’assurance maladie pour les enfants de 1 à 17 ans, et à 65% à partir de 18 ans**
Nom commercial*

Rouvax®

Maladies
concernées

rougeole

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Nourrissons de moins d’1 an exposés à un cas de rougeole
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Priorix®
M-M-RVaxpro®

rougeole, oreillons, rubéole

Trivalent Nourrissons, enfants, adultes Pris en charge à 100% par l’assurance maladie pour les enfants de 1 à 17 ans, et à 65% à partir de 18 ans**

Rouvax®

rougeole

Monovalent Nourrissons de moins d’1 an exposés à un cas de rougeole Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’informations.
**Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas :

  • d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces ;
  • de maladie ou de prise d’un médicament qui affaiblissent le système immunitaire ;
  • de grossesse (de plus la grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination).

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

À savoir
La possibilité d’un lien entre la vaccination par le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et le risque de survenue d’un autisme n’a jamais été confirmée. En effet, une dizaine d’études fiables a permis de démontrer que ce risque n’est pas supérieur chez les enfants déjà vaccinés avec le vaccin ROR que chez ceux qui ne le sont pas encore. Par ailleurs, l’étude de 1998, qui avait jeté le trouble dans les esprits, comportait de graves irrégularités et a été retirée par la revue qui l’avait publiée.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Depuis mars 2017, le signalement des effets indésirables a été simplifié. Toute personne peut désormais déclarer un effet indésirable, en ligne, sur le site du ministère de la santé.

Le vaccin contre la rougeole peut être prescrit par :

  • un médecin ;
  • une sage-femme pour les femmes, l’entourage des femmes enceintes et l’entourage du nouveau-né jusqu’à ses 8 semaines.

Le vaccin est totalement pris en charge par l'assurance maladie jusqu’à 17 ans inclus et à 65% à partir de 18 ans. Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

L’administration du vaccin peut être réalisée par un médecin, un infirmier sur prescription médicale, ou une sage-femme, en libéral, en PMI (enfants de moins de 6 ans) ou dans un centre de vaccination public. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais pour la consultation dans les centres de vaccination publics ou en PMI.

Le vaccin est administré par voie sous-cutanée ou intramusculaire.