rubéole

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Mis à jour le

La vaccination a fait quasiment disparaître la rubéole congénitale en France. Cependant, la rubéole occasionne encore chaque année des infections chez les fœtus et des interruptions médicales de grossesse.

La rubéole est une maladie contagieuse très fréquente due à un virus. Avant la vaccination, elle touchait le plus souvent les enfants. Présente partout dans le monde, elle se transmet surtout par voie aérienne respiratoire lors de contacts avec une personne porteuse du virus, qu’elle ait ou non des symptômes. En effet, dans environ la moitié des cas, les personnes infectées ne présentent pas de signe.

Plaque roses sur le torse et les bras

Lorsqu’ils sont présents, les symptômes peuvent commencer par une fièvre aux alentours de 38° C et une sensation de malaise général. Des boutons apparaissent ensuite, sur le visage puis sur le reste du corps. Cette poussée dure de deux à trois jours. Il n’existe pas de traitement contre l’infection par la rubéole.

Cette maladie est bénigne, sauf chez la femme enceinte. En effet, elle peut être responsable de graves malformations chez le futur bébé (lésions cérébrales, retard mental, atteintes oculaires ou atteintes auditives, etc.) lorsque les femmes enceintes contractent la rubéole dans les premiers mois de la grossesse. Il est donc indispensable que toutes les femmes en âge d’avoir des enfants soient vaccinées.

Le vaccin contre rubéole

La vaccination contre la rubéole concerne tous les enfants et les jeunes femmes ayant un projet de grossesse. Elle protège de la maladie la personne vaccinée, mais surtout elle diminue la circulation du virus dans la population et donc le risque d’une transmission à une femme enceinte. Le risque de malformation congénitale est en effet très élevé (environ 90%) si la transmission a lieu pendant les 3 premiers mois de grossesse et reste important jusqu’au 6e mois de grossesse.

Recommandations générales

Chez l’enfant et le jeune adulte, les recommandations sont identiques à celles de la rougeole, la vaccination contre la rubéole n’étant possible qu’avec le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR).

Tout enfant devrait être vacciné par 2 doses de vaccin contre la rougeole entre 12 et 18 mois. Afin d’étendre la protection, toute personne née à partir de 1980 doit aussi avoir reçu 2 doses de vaccin.

La vaccination contre la rubéole est particulièrement recommandée pour les jeunes femmes ayant un projet de grossesse, non vaccinées et nées avant 1980. La vaccination consiste en 1 dose de vaccin rougeole-oreillons-rubéole. La vaccination n’est pas nécessaire si une analyse de sang montre la présence d’anticorps contre la rubéole.

Si une prise de sang chez une femme enceinte quel que soit l’âge montre l’absence d’anticorps contre la rubéole et si la femme n’a pas été vaccinée avant la grossesse, elle doit être vaccinée immédiatement après l’accouchement.

Devant une couverture vaccinale insuffisante pour certaines vaccinations, la réapparition d’épidémies et à la suite des recommandations émises à l’issue de la concertation citoyenne organisée en 2016, le ministère de la Santé a recommandé, en juillet 2017, d’élargir l’obligation vaccinale à huit vaccins supplémentaires chez les bébés de moins de dix-huit mois (CoquelucheHaemophilus influenzae bHépatite BMéningocoque CPneumocoqueRougeoleOreillonsRubéole).
Ces 8 vaccins, dont bénéficie déjà la grande majorité des enfants, deviendraient donc obligatoires en 2018 chez l’enfant de moins de dix-huit mois, en plus des trois vaccins déjà obligatoires (DiphtérieTétanosPoliomyélite).

En milieu professionnel

  • Les personnes nées avant 1980 non vaccinées et sans antécédent connu de rubéole, qui exercent des professions de santé, en formation, à l’embauche ou en poste, doivent recevoir une dose de vaccin ROR.
  • Les professionnels travaillant au contact des enfants doivent aussi recevoir une dose de vaccin.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Schéma de vaccination

Nourrissons et enfants (de la naissance à 12 mois) :

  • 1 dose à 12 mois.
  • 1 dose entre 16 et 18 mois.

Personnes nées à partir de 1980 et âgées de plus de 12 mois non vaccinées et non immunisées :

  • 2 doses avec un délai d’au minimum un mois entre les 2 doses.

La protection après une dose de vaccin contre la rubéole est de 95%. Elle est pratiquement de 100% après 2 doses. Les données disponibles montrent que la protection conférée après 2 doses de vaccin, même administrées dans la petite enfance, protègent les femmes pendant toute leur période de fécondité.

Entre 1976 et 1984, les rubéoles en cours de grossesse étaient fréquentes en France. Depuis 1985, la promotion de la vaccination a entraîné une baisse très importante du nombre de ces infections. Cependant, chaque année plusieurs infections rubéoleuses survenant durant la grossesse sont encore recensées, pouvant conduire à des interruptions de grossesse et parfois à la naissance d’enfants porteurs de malformations.

Les vaccins contre la rubéole actuellement disponibles sont des vaccins vivants atténués. Ils sont combinés avec les vaccins contre la rougeole et les oreillons (ROR).

Nom commercial*

Priorix®
M-M-RVaxpro®

Maladies
concernées

rougeole, oreillons, rubéole

Type de vaccin Trivalent
Pour qui ? Nourrissons, enfants, adultes
Remboursement** Pris en charge à 100% par l’assurance maladie pour les enfants de 1 à 17 ans, et à 65% à partir de 18 ans**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Priorix®
M-M-RVaxpro®

rougeole, oreillons, rubéole

Trivalent Nourrissons, enfants, adultes Pris en charge à 100% par l’assurance maladie pour les enfants de 1 à 17 ans, et à 65% à partir de 18 ans**

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’informations.
**Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Ce sont celles du vaccin ROR.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas :

  • d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces ;
  • de maladie ou de prise d’un médicament qui affaiblissent le système immunitaire ;
  • de grossesse (de plus la grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination).

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Précautions particulières

Après la vaccination d’une jeune femme contre la rubéole, il est nécessaire d’éviter toute grossesse dans le mois suivant l’injection, en raison d’un risque théorique de malformations du fœtus. Un moyen de contraception efficace est nécessaire. Cependant, une vaccination pratiquée par inadvertance chez une femme enceinte ne doit pas conduire à une interruption de grossesse.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

À savoir
La possibilité d’un lien entre la vaccination par le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et le risque de survenue d’un autisme n’a jamais été confirmée. En effet, une dizaine d’études fiables a permis de démontrer que ce risque n’est pas supérieur chez les enfants déjà vaccinés avec le vaccin ROR que chez ceux qui ne le sont pas encore. Par ailleurs, l’étude de 1998, qui avait jeté le doute dans les esprits, comportait de graves irrégularités et a été retirée par la revue qui l’avait publiée.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Depuis mars 2017, le signalement des effets indésirables a été simplifié. Toute personne peut désormais déclarer un effet indésirable, en ligne, sur le site du ministère de la santé.

Le vaccin contre la rubéole peut être prescrit par :

  • un médecin ;
  • une sage-femme pour les femmes, l’entourage des femmes enceintes et l’entourage du nouveau-né jusqu’à ses 8 semaines.

Le vaccin est totalement pris en charge par l'assurance maladie jusqu’à 17 ans inclus et à 65% à partir de 18 ans. Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Le vaccin est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

L’administration du vaccin peut être réalisée par un médecin, un infirmier (sur prescription médicale) ou une sage-femme, en libéral, en PMI (enfants de moins de 6 ans) ou dans un centre de vaccination public. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais pour la consultation dans les centres de vaccination publics ou en PMI.

Le vaccin est administré par voie sous-cutanée ou intramusculaire.